EN | FR
Membre intronisé

Membre du Panthéon

JIM YOUNG

Intronisé en 2002

Détails membres

Date de naissance: Le 6 juin 1943
Lieu d'origine: Hamilton, Ontario
Sport: Football americain
Catégorie: Athlète

Faits saillants

1969

Demi étoile de la Division Ouest

1970,72

Le Trophée Schenley

1972

Receveur éloigné de la Division Ouest et du Canada

Hall of Famer JIM YOUNG
Inspire

Biographie

Jim Young, surnommé « Dirty 30 », est une puissance redoutable sur le terrain de football canadien tout au long des années 1960 et 1970. Footballeur exceptionnel au Westdale High School de Hamilton, Jim décide d’accepter une bourse d’études de l’Université Queen’s, en dépit de nombreuses offres de collèges américains. Il est nommé demi étoile dans chacune de ses trois saisons avec les Golden Gaels et, en 1963, choisi pour jouer sur les équipes offensive et défensive. À la fin de sa troisième année, il est déjà évident que Jim est le meilleur espoir du Canada au football, alors que les équipes de la LCF entrent dans la compétition des meilleures positions dans l’ordre de repêchage. Bien que les Tiger Cats convoitent leur propre héros, les Argonauts de Toronto se classent en dernière place de la Division Est cette saison-là et gagnent ainsi le premier tri sur Hamilton. Quand Toronto ne peut rencontrer ses demandes salariales, Jim décide cependant d’accepter l’offre des Vikings de Minnesota. Son seul désir est d’assister au camp d’entraînement de la LNF avant d’avoir complété son diplôme à Queen’s, mais il réussit tant et si bien que les Vikings le gardent avec eux pendant deux ans. En 1967, il est échangé aux Lions de la Colombie-Britannique, qui obtiennent ses droits canadiens de Toronto. Une fois dans la LCF, il applique tout ce qu’il a appris dans la LNF. Bien qu’il soit un joueur polyvalent, il brille particulièrement lorsqu’il est placé receveur éloigné en 1971. Le numéro sur son jersey et son style de jeu agressif lui valent bientôt le surnom de « Dirty 30 ». En dépit de sa longue liste de blessures, dont un genou déchiré, une épaule disloquée, une hernie, et d’innombrables points de suture, Jim ne tente jamais de changer son jeu. Il ne tempère ses tactiques dynamiques que lorsqu’il risque de se disqualifier pour le Trophée Schenley à la suite de trop nombreux matchs manqués. Vers le milieu des années 1970, Jim détient les records de l’équipe pour les réceptions, les verges sur réception, et les passes de touché. Il est nommé à cinq reprises pour le Trophée Schenley, plus que tout autre joueur de l’histoire des Lions de la Colombie-Britannique, et reporte le prix convoité en 1970 et en 1972. Il sera aussi voté demi étoile de la Division Ouest en 1969 et receveur éloigné de la Division Ouest et du Canada en 1972. Il abandonne le terrain en 1979 après 12 saisons glorieuses avec les Lions, pendant lesquelles il cumule 522 réceptions de passes pour 9 248 verges et 65 touchés. Il rejoint les Lions pour la saison 1989-1990 comme assistant-entraîneur, puis œuvre au service des relations avec le public pour l’équipe de 1990 à 1992. Un des joueurs les plus hauts en couleurs et dévouées à honorer la scène canadienne du football, Jim reçoit une place d’honneur au Temple de la renommée du football canadien en 1991.