EN | FR
Membre intronisé

Membre du Panthéon

SUSAN NATTRASS

Intronisé en 1977

Détails membres

Date de naissance: Le 5 novembre 1950
Lieu d'origine: Medicine Hat, Alberta
Sport: Fosse olympique
Catégorie: Athlète

Faits saillants

1968-1983

Le titre national féminin 

1974-1980

Le Championnat du Monde féminin

1976

Première tireuse au pigeon à concourir aux Olympiques

1977, 1981

Le Trophée Velma Springstead

1981

Le Trophée Lou Marsh

L'Ordre du Canada

1995

Les Jeux panaméricains - La médaille d'argent

2002

Les Jeux du Commonwealth - Deux médailles de bronze

2003
Pan-American Games - Bronze medal
2006

Les Jeux du Commonwealth - Deux médailles d'argent et une de bronze

Hall of Famer SUSAN NATTRASS
Inspire

Biographie

Susan Nattrass, la Annie Oakley du Canada moderne, est une pionnière du pistolet qui sera demeurée à la tête de son sport pendant près de quatre décennies. La meilleure tireuse au pigeon au monde pendant la majeure partie des années 1970, Susan Nattrass établit de nouvelles bases pour les femmes dans un sport traditionnellement dominé par les hommes et réussit à faire des pressions afin que les compétitions féminines de tir au pigeon soient reconnues aux Jeux Olympiques. Fille de l’ancien tireur au pigeon olympique Floyd Nattrass, Susan est exposé à la discipline à un très jeune âge. Elle fait ses débuts à l’âge de douze ans, et dès dix-huit ans aura déjà réussi sa première victoire importante au Golden West Grand à Reno, au Nevada, l’emportant sur près de 1 300 participants, la plupart des hommes, lors de la deuxième plus importante compétition en Amérique du Nord. Peu après, elle commence à accumuler les épreuves de championnats à travers le continent. Elle détiendra le titre national féminin de 1968 à 1983, sera à la tête du classement général féminin en Amérique du Nord de 1973 à 1977 ainsi que capitaine de l’équipe féminine panaméricaine de tir au pigeon de 1973 à 1977. Après avoir remporté sa première victoire au Championnat du Monde féminin de tir au pigeon de la Suisse en 1974, Susan déclare : « Pour moi, c’est l’ultime compétition de Classe mondiale, une à laquelle je rêve depuis toujours de participer. » Cependant, contrairement à un rêve, son succès n’est pas éphémère; elle réclame son titre de championne du monde cinq fois d’affilée, un exploit remarquable pour tout athlète, peu importe la discipline. En 1976, elle est la première tireuse au pigeon à concourir aux Olympiques, elle participe à cinq autres Jeux Olympiques au cours de sa carrière, et bien qu’elle ne remporte jamais de médaille, fait des progrès significatifs au niveau du développement des compétitions olympiques féminines de tir. Suite à sa persévérance, elle réussit à convaincre le CIO d’inclure une épreuve individuelle féminine de tir au pigeon, laquelle fait son introduction lors des Jeux de Sydney en l’an 2000. Quand elle n’est pas en train de mirer des cibles à travers le monde, Susan s’occupe à obtenir son doctorat en Éducation physique et à œuvrer successivement en journalisme, en éducation et en recherche médicale. Dans la cinquantaine avancée, elle réussit à maintenir les devant dans sa discipline, remportant une médaille d’argent et deux de bronze lors des Jeux du Commonwealth de 2002, le bronze aux Jeux panaméricains de 2003, et tout récemment, deux médailles d’argent et une de bronze aux Jeux du Commonwealth de 2006. Susan Nattrass reçoit le Trophée Velma Springstead comme la meilleure athlète féminine amateur au Canada en 1977 et en 1981, ainsi que le Trophée Lou Marsh de l’Athlète par excellence au Canada de 1981. La même année, elle est nommée Officier à l’Ordre du Canada en hommage à ses constantes contributions au tir au pigeon féminin.