EN | FR
Membre intronisé

Membre du Panthéon

DANCER NORTHERN

Intronisé en 1965

Détails membres

Date de naissance: Le 27 mai 1961
Lieu d'origine: Oshawa, Ontario
Date du décès: Le 16 novembre 1990
Sport: Courses de chevaux
Catégorie: Athlète

Faits saillants

1963

Première place, Fort Erie, New York et Remsen Stakes

1964

Première place au Flamingo Stakes de Hialeah​

Première place au Florida Derby, au Blue Grass Stakes de Keeneland, au Preakness Stakes à Pimlico, le Trophée de la reine 

Le premier cheval d’élevage canadien à remporter le Kentucky Derby

Hall of Famer DANCER NORTHERN
Inspire

Biographie

En 1965, le Temple de la renommée du sport au Canada enchâsse dans ses rang un athlète qui aura à lui seul haussé les normes canadiennes de pur-sang au niveau international. Cette intronisation suscite une certaine surprise, alors que l’athlète dont il est question n’est ni un homme ni une femme. Mais le Comité de sélection s’entend que, en tant que premier cheval d’élevage canadien à remporter le Kentucky Derby et à atteindre une telle renommée pour le pays sur la scène de la course de chevaux, Northern Dancer mérite autant cet honneur que tout autre homo sapien. Son géniteur, Nearctic, appartient à l’écurie de E.P. Taylor à Oshawa en Ontario. C’est un sprinter expérimenté mais qui remporte rarement des distances de plus d’un mile (1,6 km). Quand il prend sa retraite, Nearctic est accouplé avec Natalma, un excellent cheval de course dont la carrière de compétition est interrompue par une blessure. Natalma donne naissance à son premier poulain le 27 mai 1961, et donne par le fait même le coup d’envoi à celui qui deviendra une légende dans le monde de la course de chevaux au Canada. Toutefois, le brillant avenir de Northern Dancer n’est pas immédiatement évident. Le gérant de courses de E.P. Taylor, Joe Thomas, est déçu du jeune cheval : « Il est si court et si trapu – et il a les talons craquelés. » Donc, au prix de 25 000 $, lequel selon son instinct est une bonne affaire, Northern Dancer est vendu à Horatio Luro, entraîneur de la division américaine de l’écurie Taylor, avec les yearlings de 1962. Reconnaissant le potentiel du petit cheval, Horatio Luro l’entraîne à contrôler et à maintenir sa vitesse extraordinaire. En août 1963, quand il l’inscrit à sa première course à Fort Erie, Northern Dancer remporte aisément la course par sept longueurs d’avance. Avec plusieurs victoires de plus à son actif, Northern Dancer commence à se faire remarquer sur la scène de la course. Lors de sa première apparition sur une piste américaine, en novembre 1963, il mène le peloton par huit longueurs. Quelques semaines plus tard, en dépit d’un seime quarte à un sabot, il s’empare du Remsen Stakes. L’année 1964 s’avère la plus importante et la plus fructueuse de sa carrière de compétition. À l’âge de trois ans, il concoure au plus haut niveau contre les champions pur-sang du monde. Lors de son premier succès majeur de la saison, il devient le premier cheval d’élevage canadien à remporter une course de 100 000 $ au Flamingo Stakes de Hialeah, auquel il ajoute des victoires au Florida Derby et au Blue Grass Stakes de Keeneland. Son couronnement survient le 2 mai 1964 quand il est reconnu comme le premier cheval d’élevage canadien à remporter le Kentucky Derby, établissant un record de deux minutes pile pour le mile et quart, une marque qui reste inégalée pendant presque qu’une décennie. Quand il réclame le Preakness Stakes deux années plus tard, il est largement pensé qu’il remporterait la convoitée Triple Couronne avec une victoire de plus au Belmont Stakes. Il ne réussit pas cet exploit cependant, et est relégué à la troisième place derrière Quadrangle et Roman Brother dans la dernière course. Après cette finale décevante, Northern Dancer revient au Canada pour réclamer à nouveau son statut de champion dans l’une dernière et extraordinaire victoire : il remporte le Trophée de la reine par sept longueurs. Au début novembre, son propriétaire E.P. Taylor annonce que le cheval prend sa retraite pour devenir géniteur. Même hors piste, Northern Dancer demeure aussi célèbre, sinon plus. Il devient rapidement un des meilleurs géniteurs de l’étalonnerie, avec des jeunes d’un an qui se vendent à plus de 10 millions de dollars. Un grand nombre de ses rejetons jouissent de succès importants comme coureurs, le plus éminent étant Nijinski II, qui remporte la Triple Couronne de la Grande-Bretagne en 1970. Au moment de son décès en 1990, Northern Dancer aura produit plus de 400 chevaux victorieux, dont 150 gagnants de stakes, faisant de lui le géniteur le plus prospère de l’histoire de la course de chevaux.