EN | FR
Membre intronisé

Membre du Panthéon

NOEL MACDONALD ROBERTSON

Intronisé en 1971 & 2017

Détails membres

Date de naissance: Le 23 janvier 1915
Lieu d'origine: Mortlach, Saskatchewan
Date du décès: Le 13 mai 2008
Sport: Basketball
Catégorie: Athlète

Faits saillants

1933-1939

Championne canadienne de basketball féminin (n’a pas participé en 1936)

1936

Participation aux Jeux hors-concours de la FSFI conjointement avec les Olympique.

Hall of Famer NOEL MACDONALD ROBERTSON
Inspire

Biographie

Le nom officiel de l'équipe des Grads d’Edmonton était le Commercial Graduates Basketball Club et il était entraîné par Percy Page au McDougall Commercial High School, à Edmonton. Effectuant leurs débuts comme équipe féminine d’une école secondaire, les Grads ont dominé le basketball féminin de 1915 à 1940, prenant part à 522 matchs officiels au Canada, aux États-Unis et en Europe. L’équipe a conservé une fiche de 502 victoires contre seulement 22 défaites, pour une moyenne de 96,2 %, et a remporté 49 titres canadiens sur une possibilité de 51. Elles n’ont jamais perdu une édition du Championnat international Underwood, cumulant 23 titres.  

En 1924, la Fédération sportive féminine internationale décerne le titre de championnes du monde aux Grads et l’équipe représente le Canada lors de quatre Jeux olympiques consécutifs de 1924 à 1936. Elles remportent les 27 matchs olympiques disputés, mais puisque le basketball féminin n’est pas encore une épreuve officielle aux Jeux, aucune médaille ne leur est décernée. L’ajout du basketball au programme officiel des Jeux olympiques se fait en 1936 pour les hommes, mais seulement 40 années plus tard pour les femmes, en 1976.

Les Grads ont gagné trois séries de Championnats nord-américains en 1934, 1935 et 1936, ont eu deux séries victorieuses consécutives de 147 et 78 matchs respectivement et ont été déclarées championnes du monde de 1937 à 1940. Au moment de leur retraite, les Grads détenaient 108 titres au niveau local, provincial, régional de l’Ouest, national, international et mondial, s’établissant ainsi comme une dynastie ayant une fiche victorieuse inégalée dans aucun sport d’équipe, masculin ou féminin. Véritables championnes, le succès des Grads est le résultat d’habiletés naturelles, d’un leadership fort, d’engagement, d’esprit sportif et de détermination.

Durant la carrière de 25 années des Grads, seules 38 joueuses ont été inscrites dans les registres officiels. Le succès sportif des Grads était accompagné du respect qu’elles avaient mérité au Canada et à l’étranger et a par conséquent réduit au silence les critiques qui affirmaient que l’activité intense pouvait être dommageable pour les femmes. Le plus grand compliment leur a possiblement été fait par l’inventeur du basketball, le docteur James Naismith, membre intronisé au Panthéon des sports canadiens, qui a dit à leur sujet qu’elles étaient la meilleure équipe à avoir joué au basketball.

Noel MacDonald Robertson a joué pour les Grads d’Edmonton de 1933 à 1939; meilleure marqueuse et joueuse la plus décorée des Grads, il était impossible de l'arrêter de sa position de centre. Ses habiletés au tir, au rebond et en saut dans la clé ont fait d’elle une joueuse particulièrement utile. Elle possédait habileté, courage, un esprit compétitif et un esprit d’équipe, des qualités que ses entraîneurs et coéquipières admiraient. 


Noel MacDonald fait sentir sa présence dès ses débuts avec les Grads d’Edmonton, la meilleure équipe de basketball féminin, en 1933. La recrue joueuse de centre se voit confier la tâche peu enviable de marquer Alberta Williams, la grande joueuse de Tulsa. Se surprenant peut-être elle-même, MacDonald surclasse Williams et guide les Grads à la victoire. 
Évidemment, la victoire n’est rien de nouveau pour les Grads et leur entraîneur, Percy Page. De 1915 à 1940, année où l’équipe a été dissoute, les Grads jouent 552 matchs contre des équipes masculines et féminines, n’en perdant que 20 et enregistrant des séries de victoires consécutives de 147 et 78 parties. 
Mais MacDonald est spéciale, décrite par la légende canadienne du journalisme sportif Trent Frayne comme étant une joueuse « grande, sympathique, à l’écart, inaccessible et qui peut lancer sous pression. » Elle aura joué au total 135 parties pour les Grads et en sera la meilleure marqueuse de tous les temps avec une moyenne de 13,8 points par partie.
Elle est surnommée la « meilleure joueuse de basketball féminin au Canada » de son époque et en 1938, la Presse Canadienne lui décerne le prix de l’athlète féminine canadienne de l’année. De plus, elle obtient plus de votes que n’importe quelle autre joueuse des Grads lors d’un sondage en 1940 qui détermine l’équipe étoile de tous les temps de la formation.
MacDonald est recrutée par le club-école des Grads, les Gradettes, lors de sa douzième année au McDougall Commercial High School d’Edmonton. Elle joue un an et demi pour les Gradettes avant de joindre les Grads en 1933. Elle connaît du succès rapidement et en 1936, elle est nommée capitaine de l’équipe qui remporte le tournoi hors-concours de basketball féminin des Olympiques de Berlin.
En dépit de ses talents, MacDonald écoute quand l’entraîneur Page prêche l’importance de jouer en équipe. Pendant tout le temps où elle fait partie de l’équipe, les Grads remportent chaque championnat provincial et national auquel elles participent. Lors des Coupes du défi Underwood, les Grads défendent la coupe 20 fois d’affilée entre 1933 et 1939, remportant 57 parties et n’en perdant que trois.
MacDonald abandonne le basketball en 1939 après s’être mariée à Harry Robertson, une fois champion du monde de hockey. Elle siège sur le conseil exécutif de l’Association canadienne de basketball amateur et se met à l’entraînement. Elle sera entraîneuse de basketball féminin dans des écoles secondaires de la Saskatchewan et de l’Alberta, ainsi qu’à l’Université de l’Alberta.
Elle est intronisée au Temple de la renommée du basketball canadien en 1978 en tant que première membre.