EN | FR
Membre intronisé

Membre du Panthéon

ROBERT PEARCE

Intronisé en 1975

Détails membres

Date de naissance: Le 30 septembre 1905
Lieu d'origine: Sydney, Australie
Date du décès: Le 20 mai 1976
Sport: Aviron
Catégorie: Athlète

Faits saillants

1928

Les Jeux olympiques - La Médaille d’or

1930

Les Jeux d'Empire Britannique - la médaille d’or

1932

la Les Jeux olympiques - la médaille d’or

1933-1948
World Champion, single sculls
1938

Le trophée Lou Marsh

Hall of Famer ROBERT PEARCE
Inspire

Biographie

À son arrivée au Canada, Bobby Pearce représente encore son Australie natale aux Jeux de l’Empire britannique de Hamilton. Réalisant les plus grandes possibilités d’emploi de ce côté-ci de l’océan, il décide de s’y installer. Le Canada gagne ainsi un athlète dont la fiche internationale impressionnante n’a d’égale que son brillant avenir en compétition dans son pays d’adoption. Robert Pearce est un athlète polyvalent avec un talent pour le football, le baseball, le hockey et la boxe, mais c’est l’aviron qu’il a dans le sang. Son père et son grand-père étaient tous deux champions rameurs en Australie, et Robert file naturellement dans leur sillage, pour ainsi dire. Aux Jeux Olympiques de 1928, il s’empare de la médaille d’or à l’épreuve rameur en couple avec un temps record de 7:01 dans le 2 000m. En 1930, il décroche une fois de plus l’or aux Jeux de l’Empire britannique. Une fois établi comme résident de l’Ontario, il commence à ramer sous l’étendard canadien, récoltant immédiatement la gloire pour son nouveau pays. 1n 1931, il remporte les Diamond Sculls à Henley-on-Thames, en Angleterre, un des prix les plus prestigieux en aviron. Ayant déjà participé aux Olympiques en tant qu’Australien, il doit donc concourir pour son pays natal à son retour aux Jeux de 1932 et s’empare facilement d’une autre médaille d’or. Il joint les rangs des rameurs professionnels en 1933, alors qu’il doit affronter le champion du monde Ted Phelps d’Angleterre dans un match à deux à l’E.N.C. de Toronto. Devant une foule de plus de 50 000 spectateurs, Robert remporte la course par plus de 400 verges et s’approprie le titre de champion du monde. Sa victoire suscitera quelque controverse puisque le Sculling Board of Control en Angleterre, l’organisme de contrôle de l’aviron professionnel mondial, n’aura pas approuvé la course. Mais il démentit cette allégation et tient bon à son titre du monde alors qu’il défait tous ses adversaires l’année suivante. À l’aube de la Deuxième Guerre mondiale, il se retire invaincu de la compétition professionnelle et se joint à la Marine royale du Canada. Il sert à plusieurs titres tout au long des années 1940 et 1950, dont officier de recrutement, officier de liaison, et officier des loisirs sportifs. Il œuvrera plus tard dans le domaine de la publicité. Au long de sa brillante carrière, Robert Pearce remporte chacun des titres importants de son sport, ne succombant à la défaite qu’à deux reprises seulement. Il est honoré du Trophée Lou Marsh de l’Athlète canadien de l’année en 1938 et prend la deuxième place au classement de la Presse Canadienne pour le Meilleur rameur du demi-siècle au Canada. En 1970, en dépit du fait qu’il réside au Canada depuis 40 ans, son pays natal lui décerne le titre du Meilleur athlète d’Australie depuis 200 ans.